Freedom House Félicite Biram Dah Abeid d’Avoir Remporté le Prix des Droits de l'Homme des Nations Unies | Freedom House

Freedom House Félicite Biram Dah Abeid d’Avoir Remporté le Prix des Droits de l'Homme des Nations Unies

Freedom House félicite Mr. Biram Dah Abeid, président et fondateur de l’organisation de droits de l’homme IRA-Mauritanie (Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste), d’avoir remporté le Prix des Droits de l'Homme des Nations Unies 2013. Cette récompense prestigieuse est décernée tous les cinq ans à des individus exceptionnels qui luttent pour la promotion et la protection des droits de l’homme. Mr. Biram Dah Abeid partage l’honneur d’avoir reçu ce prix avec des personnalités remarquables, parmi lesquelles René Cassin, Taha Hussein, Benazir Bhutto, Jimmy Carter, Martin Luther King Jr., et Nelson Mandela.

Mr. Biram Dah Abeid est l’un des plus grands défendeurs des droits de l’homme en Afrique de l’Ouest. Malgré le refus du gouvernement mauritanien de reconnaître l’IRA-Mauritanie, Mr. Biram Dah Abeid a dénoncé sans relâche le « code noir » et son travail a mené directement à la libération de centaines d’esclaves. En représailles pour leur lutte à la pointe du mouvement anti-esclavage en Mauritanie, Mr. Biram Abeid et ses collègues ont été victimes de menaces,  notamment sous la forme de détentions arbitraires, harcèlement public et torture. En avril 2012 Mr. Biram Dah Abeid a été arrêté et détenu pendant quatre mois, ainsi que six autres membres de l’IRA.

Même si le gouvernement a aboli l’esclavage en 1981, cette nation d’Afrique de l’Ouest détient toujours la prévalence de l’esclavage la plus élevée, avec environs 140000 esclaves. Freedom House fait appel au gouvernement mauritanien de faire respecter les lois en place qui criminalisent l’esclavage, afin d’éradiquer cette pratique dans le pays. Le gouvernement mauritanien doit libérer l’espace pour les défenseurs des droits  afin qu’ils puissent agir dans le pays et augmenter les ressources disponibles pour les victimes de l’esclavage.

La Mauritanie est notée comme « Non Libre » dans le rapport Freedom of the World 2013 et comme « Partiellement Libre » dans le rapport Freedom of the Press 2013.

Traduit de l’anglais depuis l’article original.