Press release

NOUVEAU RAPPORT : Les régimes autoritaires remettent en question la démocratie en tant que modèle mondial dominant

Liberté dans le monde 2022 constate que l'autocratie progresse contre la démocratie et encourage davantage de dirigeants à abandonner la voie démocratique de la sécurité et la prospérité, les pays qui ont subi des déclins démocratiques au cours de l'année écoulée étant plus nombreux que ceux qui se sont améliorés de plus de deux contre un.

Les autoritaires de toutes les régions travaillent ensemble pour consolider le pouvoir et accélérer leurs attaques contre la démocratie et les droits de l'homme, selon Liberté dans le monde 2022: L’extension globale du pouvoir autoritaire. Les droits politiques et les libertés civiles ont décliné dans le monde entier au cours de chacune des 16 dernières années, ce qui laisse entrevoir la possibilité que l'autocratie pourrait supplanter la démocratie en tant que modèle de gouvernance guidant les normes internationales de comportement.

Les contrôles des abus de pouvoir et des violations des droits de l'homme se sont érodés au sein des nations et des organisations internationales, portant un sérieux coup aux fondements et à la réputation de la démocratie. Les régimes autoritaires en Chine, en Russie et ailleurs ont acquis plus de pouvoir dans le système international, et les pays plus libres ont vu leurs normes démocratiques établies remises en question et fracturées. Le coup d'État militaire au Myanmar et la prise de contrôle de l'Afghanistan par les talibans ont mis fin à de fragiles expériences de régime civil élu et ont entraîné les plus fortes baisses de pays de l'année, avec une chute spectaculaire de 19 points du score du Myanmar sur l'échelle de 100 points du rapport, et une baisse similaire Perte alarmante de 17 points pour l'Afghanistan.

Au total, 60 pays ont subi une baisse des droits politiques et des libertés civiles au cours de l'année écoulée, tandis que seulement 25 se sont améliorés. Moins de pays ont connu des améliorations nettes en 2021 qu'au cours de toute autre année depuis le début de la période actuelle de déclin démocratique mondial. À ce jour, quelque 38 % de la population mondiale vit dans des pays classés non libres, la proportion la plus élevée depuis 1997. Seules deux personnes sur 10 vivent dans des pays libres.

« La démocratie est en réel danger partout dans le monde », a déclaré Michael J. Abramowitz, président de Freedom House. « Les autoritaires s'enhardissent, tandis que les démocraties sont de retour sur leurs talons. Les gouvernements démocratiques doivent se mobiliser pour contrer les abus autoritaires et soutenir les courageux défenseurs des droits humains qui luttent pour la liberté dans le monde. Dans le même temps, les démocraties devraient également se tourner vers l'intérieur pour renforcer leurs propres institutions et empêcher les efforts locaux visant à saper la séparation des pouvoirs et l'intégrité des élections, qui sont toutes deux indispensables à la démocratie.

Principales conclusions

  • Les dirigeants autoritaires collaborent de plus en plus les uns avec les autres pour répandre de nouvelles formes de répression et repousser la pression démocratique.
    • Les émissaires chinois et russes auprès des Nations Unies ont œuvré pour édulcorer la réponse internationale aux coups d'État militaires au Myanmar et au Soudan, et Moscou a cherché à renforcer les liens économiques avec la junte au Myanmar.
    • Les gouvernements de la Russie, de la Chine, de la Turquie et d'autres ont soutenu économiquement le régime de Maduro au Venezuela, compensant les sanctions imposées par les démocraties pour ses élections truquées et la répression de l'opposition.
    • Le Kremlin a continué à soutenir la dictature d'Alyaksandr Lukashenka en Biélorussie depuis qu'il a fourni des propagandistes et une assistance en matière de sécurité pour aider à réprimer les manifestations de l'opposition à la suite de l'élection présidentielle frauduleuse d'août 2020 dans le pays.
  • La baisse de 16 ans a touché toutes les régions géographiques et tous les indicateurs démocratiques, y compris l'État de droit et la liberté d'expression et de conviction. L'Eurasie et le Moyen-Orient ont connu les plus fortes baisses du score moyen global au cours de cette période.
    • Trois pays ont reçu le meilleur score global possible de 100 : la Finlande, la Norvège et la Suède.
    • Sur les 56 pays désignés comme non libres, les trois avec les pires scores globaux étaient le Soudan du Sud (1), la Syrie (1) et le Turkménistan (2).
    • Les plus grandes améliorations de score sur un an pour 2021 incluent la Côte d'Ivoire, qui est classée Partiellement libre et a gagné 5 points, et l'Équateur, qui a gagné 4 points et obtenu le statut de Libre.
    • Les baisses de score les plus importantes sur un an pour 2021 ont eu lieu au Myanmar, qui est classé non libre et a perdu 19 points, et en Afghanistan, qui est également non libre et a perdu 17 points.
    • La plus forte baisse sur 10 ans a été enregistrée au Mali, qui est classé Non libre et a perdu 40 points au cours de la dernière décennie.
  • Dans les pays dotés de démocraties établies de longue date, des forces internes ont exploité les lacunes de leurs systèmes, déformant la politique nationale pour promouvoir la haine, la violence et un pouvoir débridé.
    • Les plus fortes baisses de score sur 10 ans parmi les démocraties ont été observées en Hongrie (partiellement libre, −19), à Nauru (libre, −16), en Pologne (libre, −12), en Inde (partiellement libre, −11) et aux États-Unis (Libre, -10)
  • Changements de statut de liberté :
    • L'Équateur et le Pérou sont passés de partiellement libres à libres après avoir mené à bien des élections et des transferts de pouvoir ordonnés.
    • La Tunisie est passée de libre à partiellement libre en raison de la prise de pouvoir antidémocratique du président Kaïs Saïed en juillet. La Tunisie était auparavant le seul pays à sortir du printemps arabe avec une cote de libre.
    • La Guinée et Haïti ont été rétrogradées de Partiellement libre à Non libre en lien respectivement avec un coup d'État militaire et l'assassinat du président.
  • Alors que les normes internationales évoluent vers l'autocratie, les élections non compétitives organisées par les dictatures sont devenues de plus en plus grotesques.
    • Des élections fictives, au cours desquelles les candidats potentiels de l'opposition ont été écartés par des poursuites à motivation politique et d'autres obstacles destinés à fortifier les titulaires, ont eu lieu en Russie en septembre, au Nicaragua en novembre et à Hong Kong en décembre.
    • Parmi les autres contextes où Freedom House a identifié des élections sans concours en 2021, citons le Congo (Brazzaville), l'Iran, le Kazakhstan, la Syrie et l'Ouzbékistan.

"Les autoritaires sont de plus en plus effrontés dans leurs attaques contre les droits de l'homme chez eux et à l'étranger, ce qui devrait être un appel à l'action pour tous ceux qui apprécient leurs propres droits et les droits de leurs semblables", a déclaré Sarah Repucci, vice-présidente de la recherche et de l’analyse à Freedom House. « Les autocrates de Pékin et de Moscou veulent coopter l'étiquette de "démocratie" pour renforcer leur propre crédibilité tout en sapant la démocratie réelle dans le monde. Il est grand temps que les gouvernements démocratiques passent de la rhétorique à l'action. La liberté et la prospérité mondiales sont en jeu. »

Faits saillants de l'analyse du rapport 

La promotion de normes autocratiques

  • Des pays de toutes les régions du monde ont souffert de nouveaux abus autoritaires ces dernières années, y compris des pays qui étaient auparavant considérés comme des phares d'espoir pour le progrès démocratique, comme le Soudan, le Myanmar et la Tunisie.
  • Les dirigeants de la Chine, de la Russie et d'autres dictatures ont réussi à défier le consensus selon lequel la démocratie est la seule voie viable vers la prospérité et la sécurité, tout en encourageant les approches autoritaires de la gouvernance.
  • Les coups d'État militaires ont été plus fréquents en 2021 qu'au cours des 10 années précédentes, ayant eu lieu au Myanmar, au Tchad, au Mali, au Soudan et en Guinée.
  • Sur les 47 pays élus au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies pour 2022, 15 sont classés libres, 18 sont classés partiellement libres et 14 sont classés non libres dans Liberté dans le monde 2022.

Alliances antidémocratiques

  • Alors que de nombreuses démocraties ont continué à répondre aux élections et aux coups d'État simulés par des mesures telles que des sanctions et la suspension de l'aide, l'impact a été dilué par des alliances autocratiques.
  • Les gouvernements autoritaires ont également coopéré lors de l'utilisation de la répression transnationale pour réduire au silence leurs propres dissidents exilés grâce à des outils tels que la détention, la restitution, les abus d'Interpol, la coercition par procuration et la surveillance numérique.
  • Dans certains cas, la collaboration entre autoritaires a mis en danger des groupes ethniques entiers. La Turquie était autrefois un refuge pour la population ouïghoure persécutée de Chine. Mais le président turc Recep Tayyip Erdoğan a de plus en plus changé de position pour répondre aux demandes de Pékin : les autorités turques ont rendu plus difficile pour les Ouïghours l'obtention et le maintien de permis de séjour permanent, et plusieurs centaines ont été détenus dans des centres d'expulsion.

La menace au sein des démocraties

  • Alors même que la liberté fait face à des menaces mondiales, les démocraties sont érodées de l'intérieur par des forces illibérales, y compris des politiciens sans scrupules prêts à corrompre et à briser les institutions mêmes qui les ont portés au pouvoir. Cela a sans doute été le plus visible l'année dernière aux États-Unis, où des émeutiers ont pris d'assaut le Capitole le 6 janvier dans le cadre d'une tentative organisée de renverser les résultats de l'élection présidentielle.
  • Bien que le score total des États-Unis n'ait pas changé pour les événements en 2021, avec deux baisses contrebalancées par deux améliorations, le score de liberté du pays a diminué de 10 points au cours de la dernière décennie. Les États-Unis restent un pays libre qui bénéficie d'une solide tradition d'État de droit et d'une société civile robuste, mais ils ont quitté les échelons supérieurs de la catégorie libre et se classent désormais aux côtés d'États aux antécédents démocratiques plus faibles, tels que la Roumanie, la Croatie, et Panama.
  • Des dirigeants librement élus, du Brésil à l'Inde, ont pris ou menacé diverses actions antidémocratiques, et l'effondrement des valeurs communes entre les démocraties qui en a résulté a conduit à un affaiblissement de ces valeurs sur la scène internationale.

"Ce qui me donne de l'espoir, c'est que, malgré ces déclins, la demande mondiale de liberté et de démocratie reste aussi forte que jamais", a ajouté Abramowitz. « Du Soudan au Myanmar, des gens ordinaires continuent de risquer leur vie et leurs moyens de subsistance pour revendiquer leurs droits et libertés. Les gouvernements et les sociétés démocratiques doivent soutenir ce désir fondamental de liberté et construire un monde dans lequel il sera finalement réalisé.

People gather in Myanmar to protest the February 1, 2021 military coup. (Image credit: Stringer/Anadolu Agency via Getty Images)

Liberté dans le monde 2022: L’extension globale du pouvoir autoritaire

Les autoritaires de toutes les régions travaillent ensemble pour consolider le pouvoir et accélérer leurs attaques contre la démocratie et les droits de l'homme. Les droits politiques et les libertés civiles ont décliné dans le monde entier au cours de chacune des 16 dernières années, ce qui laisse entrevoir la possibilité que l'autocratie pourrait supplanter la démocratie en tant que modèle de gouvernance guidant les normes internationales de comportement.

Contenu Connexe